Clap de fin

Association en liquidation judiciaire – cessation d’activités février 2019

 

Ce dont nous avons besoin, c’est du silence ;
mais ce dont le silence a besoin,c’est que je continue à parler…John Cage

 

 

Quelques mémoires chiffrées

 

Le projet Lutteries Urbaines, Lutherie Urbaine est né en 1999 de l’initiative du compositeur/musicien improvisateur Jean Louis Mechali, secondé de ses deux partenaires AlainGuazzelli, créateur du premier instrumentarium et musicien formateur, et Agnès Dufour sur l’axe du développement structurel. L’association Lutherie Urbaine a été créée en 2001; ,lieu de fabrique situé à Bagnolet, a été investi en 2006, après un temps nomade sur différents sites de Seine Saint Denis. Lutherie Urbaine, ce fut notamment :

 

• 29 créations au total : en moyenne de deux productions par an (4 de ces réalisations tournent encore par le biais d’autres partenaires)…

• 11 000 publics et participants en moyenne par an.

• 6 résidences de création artistique au Lull par an, en moyenne 6 à 10 cycles d’actions éducatives ou de formation professionnelle.

• plus de 400 artistes et techniciens impliqués, avec une moyenne de 35 salariés intermittents par saison.

• 5 à 9 salariés permanents ces dix dernières années

• 25 stagiaires,dont 4 emplois tremplins,3 services civiques…5 embauches issues de ces stages….

 
 

Quelques mots-mémo de Jean Louis Mechali, créateur fondateur

 

« J’ai imaginé en 1999 le concept de Lutherie Urbaine à partir de ma pratique professionnelle et de ma vie de citoyen de l’Est parisien. Lassé des incitations sans cesse croissantes à pousser les élèves de conservatoire de musique à l’excellence, voire à la professionnalisation; Révolté de ne pas toucher au sein de ces établissements l’essentiel de la population avoisinante; Curieux de trouver de nouveaux timbres d’instruments de musique pour alimenter ma palette de compositeur;J’ai imaginé d’aller chercher de nouveaux publics sur leurs lieux de vie et de les rendre moteurs d’un projet à réaliser ensemble, professionnels et novices mélangés.
Collectant, tels des ethnologues de notre environnement, tous les rebuts et encombrants non
biodégradables pour les recycler en instruments de musique inédits, inventant des modes et jeux et
langages appropriés, nous élaborions chaque année des créations spectaculaires mêlant solistes
aguerris et débutants. Nous avons lancé cette superbe et complexe aventure en petit comité.
Ensemble, avec les artistes solistes invités, les équipes de musiciens professionnels et amateurs ralliés aux projets au fil des ans, nous avons fait grandir ce beau projet. Et ce malgré des vents souvent contraires, malgré une complexité croissante du fonctionnement, malgré un alourdissement des cahiers des charges, grand écart entre soutiens publics et privés, mécanismes et exigences qui finissent parrendre, dans bien des structures, la situation ingérable, voire explosive. Les conflits épuisants entre statuts privés et actions d’intérêt public, entre travail de création et contraintes des lieux d’accueil, ont achevé les enthousiasmes pourtant vivaces, et
investis sans compter par les acteurs de l’Association. De même,les Artistes amenés à s’impliquer plus et plus dans les processus administratifs, sans pour autant yêtrepréparés, ont souventla sensation de trop s’éloigner de leur moteur,la création artistique. Malgré les difficultés récurrentes, grâce à l’opiniâtreté et la motivation des cofondateurs du projet, l’association Lutherie Urbaine était devenue une référence internationale, à l’identité reconnue. Remercions artistes, salariés, bénévoles et partenaires qui ont œuvré dans ce sens depuis bientôt vingt ans. »

 
 

APERÇU NON EXHAUSTIF DU RAYONNEMENT DES PROJETS DE LUTHERIE URBAINE

avec encore récemment le Centre G. Pompidou, Cité des Sciences de la Villette, Cité de la
musique, Folies Villette, Eglise St Merry, Maison de la Radio, festivals d’Avignon, Banlieues
Bleues, les théâtres du Mans, d’Arras, les scènes nationales de Montbéliard, de Besançon, la
Ferme du Buisson de NoisIel (JMF), ….

 

INTERNATIONAL Afrique du Sud (Johannesburg, Pretoria, Cap vert), Allemagne (Berlin-
Festival), Arménie (Erevan /Institut français), Belgique (Bruxelles, Dinant), Chine (festival
Croisements à Beijing), Grande Bretagne (dont la Tate Gallery à Londres), Ile Maurice, Ile de la
Réunion, Italie (Ancona, Montepulciano), Lituanie, Luxembourg (La Rotonde -Koerich),
Mozambique (Maputo), Namibie, Norvège, République Démocratique du Congo (Kinshasa),
Swaziland, Yemen,…

 

REGIONAL … Amiens, Angoulême (16), Arras (62), Avignon (84), Baujeu (69), Besançon (25), Bethune (62), Bordeaux (33), Bourg Achard (27), Bourgoin Jailleux (38), Bourgtheroulde (27), Brive (87), Corbières, Dijon( 21), Etaples (62), Evreux (27), Flixecourt (80), Jonzac (17), La Rochelle( 17), Le Mans (72), Lezignan, Lille (62) (dont Opéra), Mazingarbe (62), Marseille (dont Mucem) (13), Metz (57), Montreuil sur Mer (62), Mulhouse (68), Nice (06), Orléans (45), Peronne (80), Pigna (20), Plazac (24), Poitiers (86), Pont-Audemer (27), Reichshoffen
(67), Rodez (12), Strasbourg (67), Valencienne (59) …

 

l’ILE DE FRANCE Arpajon et arpajonnais (91), Antony (94), Avrainville (91), Bois d’Arcy (78), Enghien les bains (95), Brunoy (91), Eragny (95), Fleury Merogis (94), Franconville (95) , Fontenay aux Roses (94), Garges les Gonesses (95), Gentilly (94), Goussainville (95), Guyancourt (78), La Norville (91), Malakoff (94), Montigny les Cormeilles (95), Nanterre (92), Noisiel (77), Paris (75), Plaisir (78), Poissy (78), Provins (77), Savigny le Temple (77), Sarcelles (95), Val d’Europe (77),: … avec une implication majeure et régulière en SEINE-SAINT-DENIS (93)– Aubervilliers, Aulnay sous Bois, Bagnolet, Blanc Mesnil, Bobigny, Bondy, Clichy sous Bois, Goussainville, La Courneuve, Le Bourget, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Livry Gargan, Montreuil sous Bois, Noisy le Sec, Noisy Le Grand, Neuilly sur Marne, Pantin, Romainville, Rosny sous Bois Saint Denis, Saint Ouen, Stains, Tremblay en France, Vaujour, Villemomble, Villepinte, Villetaneuse …

 

un siège social sur Bagnolet : le Lull (lieu de fabrique de Lutherie Urbaine-siège social), mais aussi : Le CFA, le Conservatoire de musique, les Centres de quartier Les Coutures, Toffoletti, Pablo Neruda, Anne Franck, le centre Paul Coudert, le Cfpts, les écoles maternelles et primaires la Capsulerie, Langevin, Jaurès, Henri Wallon, les collèges Politzer, et Travail, le lycée Hénaff, le Château de l’étang, la Médiathèque, la Maison du parc des Guilands, l’église Notre dame de Pontmain, l’hôtel Novotel, le restaurant Belle Saveur, Théâtres le Colombier, l’Echangeur, le Samovar, Orange International et plusieurs associations locales…)